Tricot rouge

Huile, toile, chassis, agrafes, 80 x 80 cm

Ce travail m'a pris 8 mois, depuis les esquisses de mailles jusqu’au au remplissage du contour du motif, et tout à coup, hier en retendant la toile j’ai eu peur de la déchirer.
Peindre un tricot, ou mettre un tricot sur une toile ce n’est pas la même chose.
L’idée de peindre un tricot d’où vient elle?
Est-ce l’image d'une protection? Mais se protéger de quoi?
Peu importe, cette peinture est peut-être là comme une image de "protection absolue".
Je me rappelle que j’ai écrit dans la «Correspondance», que « la vie semble fragile et qu’il y a tant à réparer ».
Le tricot est fragile parce qu'il est construit avec un seul fil et s'il est coupé une seule fois, le tricot est entièrement défait. Je ressens le besoin de protéger en encadrant les tableaux constitués avec du fil.
Cette peinture vient du soucis de rendre plus solide l'investigation qui concerne les ouvrages en textiles.