Craie rose pâle

Peinture, toile, chassis, agrafes, 40 x 40 cm

Cette couleur rose provient du fatras de l’ « outlet » de mon quartier.
C’est rare de trouver de la peinture dans les étalages au rabais, il y a plutôt le rebut d’habits et de valises invendues.
Tout m’a tout de suite plu dans un petit pot: la couleur rose de la peinture, l’idée de la texture de la craie et aussi sa destination qui est pour la restauration de meubles.
Est-ce qu’on se souvient du carré peint à la chaux en 2015 sur un container de la Big et pour lequel Alain Vaucher m’avait beaucoup aidée.
Et bien, malgré le temps il y a une affinité de texture qui se dévoile entre le blanc de 2015 et le rose d’aujourd’hui. Et cela, sans qu’il y en ait eu la moindre intention.
Et mine de rien voilà que le travail déclenche une cascade de questions comme par exemple « est-ce que quelque chose de permanent et constant existe » ?
Et les questions sont comme une trame sur laquelle se tisse l’œuvre et restent souvent sans réponse.